BLOG - NEWS

Incendie à la base nautique de Fort Mahon Plage

Fort Mahon Plage

Le 10/05/20

Par Frank Hélin


Réveillé vers 04h00 du matin, j’ai entendu un bruit sourd et lointain ressemblant à une explosion. Quelques minutes plus tard, je voyais une voiture de pompier fendre l’obscurité de son gyrophare muet. Ne (re)trouvant pas le sommeil, je décidais d ‘aller voir ce qui se passait. En arrivant à la base nautique, je fus saisi comme un steak sur le grill ! Yeux écarquillés et bouche bée, je contemplais le fascinant  et à la fois effrayant spectacle d’un  grand incendie. J’étais médusé. Ma première pensée alla à Jamel qui était alors gardien de la base et qui habitait dans la maison jouxtant les bureaux en flamme de l’Eveil, école de voile de Fort Mahon. Je faisais part de mon inquiétude à un pompier qui me répondait que le gardien venait d’être évacué. Il s’était réfugié dans le hall d’escalier de l’immeuble d’en face, celui-là même qu’une grue chahutée par Éole a fendu il y a une semaine.  Jam tremblait, visiblement choqué. « Ça a explosé ! » me disait-il. Je tâchais de le rassurer puis le laissais en compagnie d’un ami à lui. J’ai armé mon boitier et  me suis avancé au plus près du bâtiment pour réaliser quelques clichés. C’était encore la nuit, mais qui très vite mua en un crépuscule d’une beauté étrange et déconcertante – Avais-je le droit de prendre des photos de cet incendie ? Je n’ai pas laissé cette question me tarauder longtemps car ma fascination était grande et ma curiosité attisée par cette scène au rendu quasi pictural.  Le jour naissant  tapissait  le ciel de bleu et l'on voyait voyager de gros nuages dodus tandis que les flammes toujours vivaces et les éclairages des camions de pompiers animaient et coloraient la scène de tons rouge-orangé. Il fallait voir les soldats du feu se mouvoir courageusement sur scène et prendre le risque de monter sur les planches branlantes du toit pour éteindre les flammes ! Quel courage ! Quel dévouement !
Le feu s’éteignait sous les assauts des lances, il était maîtrisé, la tension parmi les hommes chutait, le jour était presque là et on commençait à voir des volutes de fumée se mêler aux nuages qui filaient toujours. Ici et là  des équipes s’affairaient encore. Des  pompiers s’équipaient de bouteilles d’oxygène et de masques pour entrer dans la bâtisse, d’autres enroulaient des tuyaux, un autre grimpait sur le toit d’un camion pour je ne sais quoi y faire mais pour moi la raison était évidemment poétique, c’était pour mieux voir la lune. Puis un capitaine s'est approché de moi et m'a demandé qui j’étais… « Je suis Frank Hélin, citoyens Fort Mahonnais et photographe. Je ne suis pas là part hasard mais parce que ce genre d’événement attise ma curiosité de photographe.»
C’en était terminé de cet incendie qui avait ravagé une bonne partie des locaux. De l’enseigne Eveil,  il ne restait que l’homophone…eils ! Comme si le feu, cette entité démoniaque avait laissé sa signature, hells, enfer ! Les premiers badauds commençaient à arriver, je rentrais chez moi, inquiet à l'idée saugrenue que l'on puisse me soupçonner d'être l'incendiaire :-(

Frank Hélin


Galerie Photos






MENU PRINCIPAL




Logo Facebook Logo Google+