BLOG - NEWS

Le son de mille été

Ault Onival

Le 01/09/12

Par Frank Hélin


J’étais parti pour pêcher au rapala, mais il y avait trop de vent. J’ai alors choisi de galvauder en bord de mer. Je ne me suis pas rendu compte du temps qui passait, aussi  la fin du jour arriva presque soudainement faisant s’épanouir une fleur à l’autre bout du monde. Le vent déposa un voile mauve sur le rivage que le bout des lèvres de la mer maquillé d’écume ne cessait d’embrasser. L’océan déroula un parchemin  de poésie. Le rivage grenu était parsemé de trésors : Pépites sang et ambre, galets ocellés reptiles et peau de vache,  plumes charbon… La mer était paisible et la musique de ses eaux lactées s’étirant sur les galets tel un chat sur un tapis de perles me berçait. Des ruisseaux  s’écoulaient des falaises et sinuaient autour de grosses émeraudes polyèdres que la marée descendante libérait progressivement de leur gangue. J’ai vécu un de ces moments de grâce où les tourments et les angoisses se font la male, comme ça, sans raison. C'était un moment détaché et pure, un de ces moments de grâces rares, précieux et délectables. J'ai savouré chaque instant priant je ne sais quel Dieu inventé sur le moment pour que cet état de béatitude dure à jamais.
Tout était infiniment beau et calme au son de mille voix. Frank Hélin


Galerie Photos






MENU PRINCIPAL




Logo Facebook Logo Google+